D’abord, il y a la nécessité